5 pièges à éviter pendant le jeûne intermittent

Le Guide Ultime

Adopter le jeûne intermittent comme un nouveau mode de vie est une excellente initiative. Toutefois, il existe quelques pièges à éviter pendant le jeûne.

Rome ne s’est pas faite en un jour ?

Le jeûne non plus !

A ce jour, tous les témoignages que j’ai pu recevoir de gens qui le pratiquent régulièrement ou occasionnellement sont hyper positifs

Mais cela ne se fait pas en un jour, et la plupart d’entre nous essuient quelques difficultés au début, en commettant quelques erreurs classiques de débutant. Mais quoi de plus normal quand on débute ?

Voici donc parmi les plus classiques, 5 pièges à éviter pendant le jeûne…


1. Pièges à éviter pendant le jeûne : Trop manger pendant les repas

Voilà le piège le plus courant : se goinfrer lorsque sonne l’heure de casser le jeûne. La tendance à être en mode « lâcher prise » à ce moment critique provient de 2 raisons majeures :

Vous avez trop souffert de faim
Si vous ne pensez qu’à ça pendant le jeûne, mieux vaut casser le jeûne et repartir du bon pied le lendemain sans faire les mêmes erreurs.

Ici je parle de vraie faim, pas de simple envie de manger (voir billet sur comment écouter son corps pour comprendre la différence).

Pendant la phase de jeûne, la faim survient normalement peu, et uniquement par vagues. Elle disparaît chaque fois au bout de 15 à 20 minutes. Le temps que l’organisme transforme vos graisses stockées en carburant pour vos cellules. N’est-ce pas une jolie motivation ? Si vos fringales durent plus de 30 minutes, alors vous avez 2 solutions :

  1. Révisez ou mieux prévoyez à l’avance vos menus pendant votre période d’alimentation. Vous ne mangez pas suffisamment équilibré pendant la phase de repas. Si votre régime n’est pas un minimum équilibré, ou trop riche en sucres, vous préparez juste de plus grandes fringales pour le jeûne suivant.
  2. Révisez votre ambition à la baisse, et tentez une méthode intermédiaire plus simple, par exemple avec une période de jeûne moins longue. Vous êtes parti.e trop vite et trop fort. n’oubliez pas que le jeûne intermittent n’est pas un régime restrictif. Il doit rester agréable !
Vous vous faites plaisir

Vous l’avez certes bien mérité, mais gardez votre objectif à l’esprit. Ne gâchez pas votre jeûne en mangeant plus de calories en 24H que la normale. Il existe des façons bien différentes de se faire plaisir qu’un repas d’abondance éphémère.

Prenez plaisir à vous concocter de bons petits plats simples et rapides à réaliser, privilégiant l’esthétique – pour le plaisir des yeux – et le gustatif – pour le plaisir du palais et de l’odorat.

Faites-vous plaisir mais équilibré et en quantités raisonnables !

L’objectif du jeûne intermittent n’est pas de réduire ni encore moins d’augmenter votre apport calorique quotidien. Il consiste à permettre à votre organisme de bénéficier d’un bas niveau d’insuline suffisamment longtemps pour permettre à vos cellules de se réparer, et de brûler vos graisses stockées comme nouveau carburant pour pouvoir perdre du poids.

Lorsque vous cassez votre jeûne, vous serez rassasié autant et aussi rapidement avec ou sans jeûne préalable. Abordez donc la fin du jeûne sereinement et calmement, comme si vous n’aviez pas jeûné 12, 18 ou 20 heures d’affilée.

Une bonne astuce est de casser votre jeûne en commençant par une poignée de noix, noix de cajou, de macadamia ou cacahuètes non salées. Elles ont un pouvoir super rassasiant d’entrée de jeu et vous éviteront de trop manger d’un coup.

2. Pièges à éviter pendant le jeûne : Ne pas assez manger

Trop se restreindre, c’est assurer une phase de désinhibition compulsive plus tard !

Quoi ! Comment ça ? Oui, en effet, même après de très longues périodes de jeûne il arrive souvent de ne pas éprouver de faim du tout quand vient l’heure de se réalimenter.

Cela n’est pas très surprenant rappelez vous les étapes 4 et 7 du jeûne : une fois que l’organisme fabrique son propre carburant à partir de vos graisses stockées, il n’éprouve plus la sensation de faim !

L’erreur dans ce cas, est de céder à la tentation de :

  • d’allonger votre jeûne plus que prévu, et donc dérégler votre plan de jeûne actuel,
  • Faire du zèle et manger trop peu en période de repas, pensant bien faire pour accélérer la perte de poids.

Pourtant, ne pas manger suffisamment réduit votre masse musculaire, ce qui entraîne un ralentissement de votre métabolisme. Vous sabotez donc sans le savoir votre capacité à brûler les graisses à l’avenir.

  • En résumé : Ne pas confondre jeûne avec régime. Manger à sa faim fonctionne dans les deux sens !

3. Pièges à éviter pendant le jeûne : Une assiette déséquilibrée

Le jeûne intermittent régit quand manger plutôt que quoi manger. Mais ce n’est pas une invitation à se nourrir uniquement de frites, de brioches, crèmes glacées et de bière !

Passez d’une mentalité de « fête » pendant vos heures de repas à une mentalité qui consiste à manger équilibré.

Ici il n’y a que le fromage et la viande qui n’ont pas de sucre.. et encore, pas si sûr !

Faites en sorte que chaque repas contienne des fibres, des protéines et des graisses saines. Dans la mesure du possible, levez le pied sur tout aliment avec des sucres ajoutés ou transformés. Cela vous permettra d’atteindre une satiété plus durable et vous évitera des ennuis pour la phase de jeûne suivante.

Ne pas prendre garde au contenu de votre l’assiette va de pair avec celle de manger en trop grandes quantités.

4. Pièges à éviter pendant le jeûne : Ne pas boire suffisamment

Au moins 2 à 3L par jour pendant le jeûne !

Jeûner ne signifie pas s’abstenir de boire. Au contraire !

Boire est très important pour :

  • Aider vos reins à éliminer les déchets générés par le processus de transformation de vos graisses stockées en glucose et cétones,
  • Réduire voire supprimer la sensation de faim lors de fringales,
  • Éviter les maux de têtes,
  • Prévenir les crampes musculaires surtout si vous faites de l’exercice physique.
  • En résumé : assurez-vous de boire au moins 2L par jour. Que vous jeûniez ou pas !

5. Pièges à éviter pendant le jeûne : Se lancer trop vite et trop fort

La principale raison pour laquelle vous pourriez échouer dans votre jeûne intermittent, c’est d’avoir choisi un mode trop disruptif par rapport à votre schéma d’alimentation habituel. Dans ce cas, il est très difficile voire impossible à tenir dans la durée.

Si vous débutez, et que vous avez l’habitude de vous alimenter 6 à 7 fois par jour en comptant les grignotages, ne choisissez pas d’emblée un jeûne infernal 20/4 ou même 16/8. Vous devez choisir un plan de transition intermédiaire plus facile pour que votre expérience reste agréable.

Attention à l’atterrissage si vous y allez trop fort d’un coup !

Le 12/12 est parfait pour commencer. Il revient d’une certaine manière à passer déjà le cap de ne plus grignoter entre les repas, surtout après le dîner. Encore une fois, plus on pratique, plus c’est facile. Une fois que vous vous sentez à l’aise, après une semaine ou deux, vous pouvez passer au 16/8.

Parfois, la cause n’est pas la durée du jeûne en soi, mais une heure de démarrage du cycle inadaptée à votre journée type, et celles des proches qui vivent avec vous. Il est souvent plus facile de jeûner le midi au travail, que le soir à la maison. Vous priver du repas en famille – ou les regarder manger – et subir les odeurs alléchantes de cuisson demande un peu d’expérience ! 😊

Gardez à l’esprit qu’il vaut mieux casser un jeûne plus tôt que tenir contre vents et marées pour tout foutre en l’air en se goinfrant comme pas possible une fois atteinte la phase d’alimentation.

  • En résumé : l’important c’est de ne pas se sentir mal. Le jeûne doit rester agréable.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.